Je est Je

"JE" EST "JE"
Comme les LGBT, les libertins et les libertines peuvent et doivent créer un lobby politique. Les autistes Aspergers aussi
C'est du commentaire que naît l'échang(isme).
"Je" est unique
Tous les Aspergers sont différents. Quand je dis "Je", je suis "Je" mais aussi "Jeux".
"Je" est journaliste
"Je" est journaliste, ex rédacteur en chef, et une de ses spécialités est la relation existant entre l'Internet, les Réseaux Sociaux et la Sexualité dans une logique propre au Socialisme utopique.
"Je" est inscrit sur plusieurs réseaux sociaux et il ne souhaite pas en découvrir de nouveaux (à moins qu'ils me soient gratuits). Si vous traînez sur ces réseaux, je ne vois aucune raison à ne pas communiquer avec vous via le blog ou Twitter.
"Je" est polyamoureux
"Je" est polyamoureux, ce n'est pas de sa faute mais une des contraintes (agréable) de l'autisme Asperger.
"Je" ne discrimine pas et s'intéresse à toutes les sexualités (Hétéro, LGBT). Je suis preneur.
"Je' connais bien le Grandes Région Auvergne Rhône Alpes, Limousin et Île-de-France. "Je" est preneur de tout contact dans ces régions sans discrimination. Mais "Je" n'est pas raciste, il prend tous les contacts en France, en Europe et dans le Monde.
"Je" a un tropisme pour l'Asie.

Malgré les apparences, "Je" est tout, sauf narcissique.

mardi 3 avril 2018

Louise Michel - 8

Louise Michel


Retour en France


En avril 1890, Louise Michel est arrêtée à la suite d'un discours qu'elle a prononcé à Saint-Étienne et de sa participation à un meeting qui entraîna de violentes manifestations à Vienne. Un mois plus tard, elle refuse sa mise en liberté provisoire, car ses coïnculpés restent en prison. Elle finit par tout casser dans sa cellule, un médecin demande alors son internement comme « folle ». Le gouvernement, qui craint des histoires, s'y oppose. Elle a alors 60 ans. Finalement, elle est libérée et quitte Vienne pour Paris le 4 juin.

En juillet, Louise se réfugie à Londres où elle gère une école libertaire pendant quelques années. À son retour le 13 novembre 1895, elle est accueillie par une manifestation de sympathie à la gare Saint-Lazare.

Pendant les dix dernières années de sa vie, Louise Michel, devenue une grande figure révolutionnaire et anarchiste, multiplie les conférences à Paris et en province, accompagnées d'actions militantes et ce malgré sa fatigue ; en alternance, elle effectue des séjours à Londres en compagnie d'amis.

En 1895, elle fonde le journal Le Libertaire en compagnie de Sébastien Faure.

Le 27 juillet 1896, elle assiste à Londres au congrès international socialiste des travailleurs et des chambres syndicales ouvrières. Très surveillée par la police, elle est plusieurs fois arrêtée et emprisonnée, et condamnée à six ans d’incarcération et libérée au bout de trois sur intervention de Clemenceau, pour revoir sa mère sur le point de mourir.

Quelques mois avant sa mort, d'octobre à décembre 1904, Louise Michel alors âgée de 74 ans, se rend en Algérie avec Ernest Girault pour une tournée de conférences.

Elle meurt en janvier 1905 à Marseille chez son amie Mme Légier, qui l'avait déjà accueillie l'année précédente. Après une série de conférences données dans les Alpes, elle a pris froid à Sisteron, ce qui a aggravé la bronchite chronique dont elle souffre depuis des années. Le Dr Berthelot de Toulon juge son état alarmant et le Dr Dufour de Marseille conclura à une pneumonie. Le matin du 22 janvier, ses funérailles drainent à Paris une foule de plusieurs milliers de personnes.




Politique libertine

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Sélection du message

リバティーンズリバティーンズと日本への手紙

Zaščitite se pred spolno prenosljivimi boleznimi, ki jih varuje svoje prijatelje in svoje prijatelje Merci de faire suivre si vous avez ...